essentiel

Ils vendaient de la viande périmée et non Halal pour financer Daesh

Le bureau du BCIJ à Rabat. Crédit: AFP
Ils vendaient de la viande périmée et non Halal pour financer Daesh
septembre 05
20:40 2015
Partager

Le réseau soupçonné de produire et de vendre de la viande de volaille avariée et non Halal dans des villes marocaines est impliqué dans le financement du terrorisme, selon le BCIJ.

Des personnes arrêtées le 3 septembre par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), pour « fraude et vente de produits périmés », consacraient une « partie de leurs revenus et bénéfices résultant de ce commerce à financer le ralliement de volontaires à des camps relevant du groupe dit ‘Etat Islamique'’ », selon un communiqué du ministère de l’Intérieur publié samedi 5 septembre.

Jeudi, le BCIJ avait annoncé l’arrestation de neufs personnes impliquées dans le commerce et la fabrication de viande de poulet avariée. Les investigations ont localisé «plusieurs entrepôts» à Tanger où de «grandes quantités» de viande était stockées. Cette volaille impropre à la consommation « représentait un grave danger pour la santé des citoyens », d’après la même source.

Le poulet provenait d’une société spécialisée dans l’élevage et la vente de volaille à Larache et de chez un fournisseur à Salé. L’unité industrielle est soupçonnée de mélanger la viande avec les «restes et les os». Fait marquant, l’abattage se faisait par «électrocution» et donc en non conformité avec les «prescriptions de la religion islamique ».

La vente de cette viande non halal était en plus consacrée « en partie « à des « des activités de financement du terrorisme », selon le communiqué du ministère de l’Intérieur.

Le BCIJ, qui avait annoncé le coup de filet, a révèlé une autre arrestation, survenue le jour même du démantèlement du réseau soupçonné de fraude. Il s’agit d’un « individu fiché par les services sécuritaires pour ses tendances extrémistes » et qui se trouve être le « frère d'un combattant marocain » dans les foyers de tension. Ce dernier a été arrêté pour « son implication dans la vente de viandes impropres à la consommation dans la ville de Tanger »

Lire aussi: Le BCIJ arrête neuf vendeurs de viande «périmée » et non halal

« Les personnes arrêtées consacraient une partie de leurs revenus et bénéfices résultant de ce commerce à financer le ralliement de volontaires à des camps relevant » de Daesh dans la région syro-irakienne. Ils soutenaient également  « les familles des combattants dans les rangs de cette organisation terroriste », d’après la même source.

L'enquête a aussi révélé « les liens étroits entre certaines personnes arrêtées et des combattants marocains dans les rangs de '’Daesh' », ainsi que « leur adhésion à l'agenda destructeur de cette organisation terroriste »

Les personnes arrêtées seront déférées devant la justice « une fois terminée l'enquête menée sous la supervision du parquet général compétent », selon le communiqué. .

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss