Othman El Ferdaous : un plan d’aide à 219 millions de dirhams pour le sport

Othman El Ferdaous a annoncé un plan d’aide en faveur du secteur sportif, un “objectif prioritaire des mesures de résistance prises ces dernières semaines par le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports”.

Par

Othman El Ferdaous, ex-secrétaire d'Etat à l'Investissement.

Il ne restait plus que le sport, c’est désormais chose faite. Ce dimanche 16 août, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports a annoncé une batterie d’aides au secteur afin de redresser la barre face à l’arrêt brutal de toutes les compétitions, imposé par la propagation du Covid-19. Après les secteurs culturels, les milieux de l’édition, des médias et les salles de cinéma, Othman El Ferdaous s’est penché sur la “préservation des atouts sportifs” et “l’amélioration des perspectives économiques”.

La pratique sportive est à la fois une forme d’automédication, source d’immunité, un moyen d’éducation civique et un art…

Publiée par Othman El Ferdaous sur Dimanche 16 août 2020

Un “objectif prioritaire”, a-t-il estimé dans un communiqué publié sur ses réseaux sociaux, désormais devenus une marque de fabrique du benjamin du gouvernement. À la tête de nombreux portefeuilles, Othman El Ferdaous n’a pas lésiné sur les moyens pour ce qui s’apparente à un plan de relance du secteur. Au total, ce sont 219 millions de dirhams qui pourraient être levés si l’on se fie au communiqué du ministre, avec une attention particulière portée sur le sport roi, le football, et l’athlétisme, autrefois vecteur de rayonnement du sport national avant d’être malade de sa mauvaise gestion.

“Un art qui nécessite la reconnaissance et le respect du talent”

L’économie du sport, sociale et solidaire, rassemble près de 8500 associations affiliées aux fédérations, avec plus de 330.000 licenciés et 33.000 encadrants sur tout le territoire, qui constituent un levier majeur de développement local, avec 40 % des fédérations couvrant plus de 10 régions et contribuant au désenclavement sportif”, contextualise le ministre. Une pratique qu’il a mise en relief avec son rôle dans la cité, parlant de “forme d’automédication”, de “moyen d’éducation civique”, voire “d’un art qui nécessite la reconnaissance et le respect du talent”.

Ainsi, le ministre a annoncé la signature d’avenants aux conventions d’objectifs avec plus de 30 fédérations sportives pour le versement de subventions totalisant 82 millions de dirhams, “soit une reconduction de l’effort financier de l’an dernier malgré l’arrêt des compétitions et des pratiques sportives durant le confinement”, explique-t-il.

Une mesure qui devrait “permettre aux fédérations de faire face aux difficultés liées à la pandémie et d’aller sereinement vers une gestion plus professionnelle de la chose sportive”. Dans la balance, 57 millions de dirhams supplémentaires devraient être apportés à la fédération d’athlétisme, dont 7 millions pour régler les arriérés de l’entité.

à lire aussi

Le football n’est pas en reste, avec un accent mis sur la modernisation des leviers de rentabilité des structures sportives. La subvention, d’un montant de 80 millions de dirhams à la Fédération royale marocaine de football (FRMF), “soit un appui de 2,5 millions de dirhams par clubs”, devrait enfin permettre le passage des clubs en sociétés anonymes et améliorer leur capacité à intéresser le secteur marchand (sponsoring, vente de licence, affiliations, dons).

Débuts marathoniens

Outre la promotion du sport féminin, véritable sujet d’actualité, notamment à la FRMF, l’annonce du ministre se distingue par une volonté de miser le modèle participatif. Fidèle à son image de “jeune neuf” aux nouvelles méthodes, Othman El Ferdaous, 38 ans, lance un appel à propositions pour “trouver de meilleures réponses aux défis que connaît le secteur sportif”, sous la bannière du mot-dièse #fikraryadia (idée sportive). Une manière de promouvoir “une culture d’expérimentation” pour “contribuer à la réduction des inégalités sociales et de genre” et favoriser des “approches novatrices”.

Arrivé au poste en avril 2020 en replacement d’un Hassan Abyaba qui cristallisait une partie des critiques depuis sa nomination, Othman El Ferdaous a multiplié les programmes d’aides aux différents secteurs dépendant de sa tutelle. Au cours des derniers mois, il a débloqué 200 millions de dirhams pour un plan d’urgence d’aide à la presse, 50 millions de dirhams pour trois projets patrimoniaux à Casablanca, 13,3 millions de dirhams en faveur des acteurs de la culture ou encore 10 millions de dirhams aux salles de cinéma.

article suivant

Détournement de fonds : Ahmad Ahmad, le patron du foot africain, suspendu 5 ans