essentiel

Diaporama. Dans l’enfer de la plus longue étape du Marathon des sables

12h30: ces deux courageux en terminent, obligés de se soutenir pour rester debout (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)
Diaporama. Dans l’enfer de la plus longue étape du Marathon des sables
avril 13
10:07 2018
Partager

Mercredi matin, la 4e et plus longue étape de la 33e édition du Marathon des sables (MDS) s’est élancée dans la région d’Errachidia. Au menu des 961 survivants: 86,2 kilomètres de sable et de cailloux, que les plus affamés ont avalé avant la nuit…et que les retardataires ont mis près de 33h à digérer!

9h15 et 12h15: les concurrents partent en deux vagues, afin d’ajouter du piment et de fluidifier la course (crédit: Cimbaly@JOSUEFPHOTO)

9h15 et 12h15: les concurrents partent en deux vagues, afin d’ajouter du piment et de fluidifier la course (crédit: [email protected])

12h: à l’heure la plus chaude de la journée, le thermomètre dépasse les 45°C (crédit: Cimbaly)

12h: à l’heure la plus chaude de la journée, le thermomètre dépasse les 45°C (crédit: Cimbaly)

16h: les coureurs accélèrent à l’approche du 5e ravitaillement - seule de l’eau leur est proposée, l’épreuve devant être disputée en complète autonomie alimentaire (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

16h: les coureurs pressent le pas à l’approche du 5e ravitaillement - seule de l’eau leur est proposée, l’épreuve devant être disputée en complète autonomie alimentaire (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Dans ces conditions, les descentes et le semblant d’ombre des dunes sont très appréciés (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Dans de telles conditions, les descentes et le semblant d’ombre des dunes sont des plus appréciés (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

17h32: annoncé bien plus tard, Rachid El Morabity surprend tout le monde lors de son passage éclair au cinquième point de contrôle (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

17h32: annoncé bien plus tard, Rachid El Morabity surprend tout le monde lors de son passage éclair au cinquième point de contrôle (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

20h42: le tenant du titre s’impose en 8h12’05’’. À peine la ligne franchie, il s’agenouille pour une célébration devenue rituelle (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

20h42: le tenant du titre s’impose en 8h12’05’’. À peine l'arche franchie, il s’agenouille pour une célébration devenue rituelle (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Le leader de la compétition - et, sauf défaillance, futur sextuple vainqueur - ne semble pas vraiment essoufflé… (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Le leader de la compétition - et, sauf défaillance, futur sextuple vainqueur - ne semble pas vraiment marqué… (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

…contrairement à son frère Mohamed, deuxième du jour et du classement général, qui peine à ouvrir les yeux pour répondre aux questions des journalistes (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

…contrairement à son frère Mohamed, deuxième du jour et du classement général, qui peine à ouvrir les yeux pour répondre aux questions des journalistes (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

23h30: alors que les champions se reposent déjà dans leurs tentes, des centaines d’anonymes s’apprêtent à passer la nuit sous le vent du désert, à la lueur de leurs lampes frontales (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

23h30: alors que les champions se reposent déjà dans leurs tentes, des centaines d’anonymes s’apprêtent à passer la nuit sous le vent du désert, à la lueur de leurs lampes frontales (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

6h45: après des heures de marche nocturne, ces deux Britanniques s’arrêtent pour admirer le point du jour (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

6h45: après des heures de marche nocturne, ces deux Britanniques s’arrêtent pour admirer le point du jour (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Une Suissesse préfère honorer l’astre diurne d’une salutation de yogi (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Cette Suissesse préfère honorer l’astre diurne d’une salutation de yogi (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Grâce aux quelque 400 balises lumineuses disposées tout au long du parcours, aucun participant ne s’est perdu dans l’obscurité (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Grâce aux quelque 400 balises lumineuses disposées tout au long du parcours, aucun participant ne s’est perdu (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

10h30: au dernier checkpoint, le directeur de course Patrick Bauer semble apprécier le thé et la musique amazigh (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

10h30: au dernier checkpoint, le directeur de course Patrick Bauer semble apprécier le thé et la musique amazigh (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Après plus de 86 kilomètres d’efforts, bivouac en vue. Une trentaine de camions de l’armée ont été mis à disposition pour assurer la logistique (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Après plus de 86 kilomètres d’efforts, bivouac en vue. Une trentaine de camions de l’armée ont été mis à disposition pour assurer la logistique (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

12h30: ces deux courageux en terminent, obligés de se soutenir pour rester debout (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

12h30: ces deux courageux en terminent, obligés de se soutenir pour rester debout (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Au campement, le personnel médical s’active pour réparer les petits bobos (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Au campement, le personnel médical s’active pour réparer les petits bobos (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Principal fléau avec la déshydratation et l’hyperthermie, les ampoules ont fait de très nombreuses victimes. Elles devront être soignées avant demain: une ultime manche chronométrée de 42,2 kilomètres attend les désormais 936 rescapés (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Principal fléau - avec la déshydratation et l’hyperthermie - les ampoules ont fait de très nombreuses victimes. Elles devront être soignées avant demain: une ultime manche chronométrée de 42,2 kilomètres attend les désormais 936 rescapés (crédit: Thibault Bluy/TelQuel)

Lire aussi: Marathon des sables: "L’original est né et restera au Maroc"

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss