Plan Maroc vert, la galère des petits paysans d’Azrou

Dans la province de Meknès, vers la petite ville d’Azrou et les douars alentours, les paysans qui ont profité du Plan Maroc Vert à ses débuts ne sont pas satisfaits. Plantations infertiles, retards de subventions, endettement… ils ne s’en sortent plus. Reportage.

Par

La région d’Ifrane est riche en eau et en ressources. Pourtant, de nombreux paysans bénéficiaires du Plan Maroc Vert peinent aujourd’hui à vivre de leurs plantations. Crédit: Margaux Mazelier

La petite route qui traverse Azrou et ses environs, dans la province d’Ifrane, longe une verdure flamboyante et toutes sortes d’arbres fruitiers en fleurs. Le long de l’étroite route en béton coule une source d’eau fraîche arrivant directement des hauteurs. Traditionnellement, on nomme cette région “le château d’eau du royaume”. Tout laisse à penser qu’ici se trouve une terre heureuse pour les paysans. Pourtant, lorsqu’on s’approche d’un peu plus près, on y voit aussi des bassins d’eau asséchés, des plantations arrachées et des terrains désertés. De nombreux petits paysans pointent du doigt le Plan Maroc Vert (PMV). Plantations infertiles, retards de subventions, endettement… la liste de leurs doléances est longue. Ces paysans font partie des 1 315 agriculteurs de la région, bénéficiaires du pilier II du Plan Maroc Vert adopté par le Maroc en 2008 et décliné en plan…

article suivant

Migration, plan économique... Le partenariat Maroc-UE au coeur d'une rencontre à Rabat