Maroc

Human Rights Watch condamne la « violente » dispersion des enseignants-stagiaires

Sit-in des enseignants stagiaires à Casablanca © Yassine Toumi
Human Rights Watch condamne la « violente » dispersion des enseignants-stagiaires
janvier 18
18:02 2016
Partager

Pour Human Rights Watch, réprimer les enseignants-stagiaire qui manifestent pacifiquement est illégal.

L’ONG Human Rights watch  (HRW) a fustigé la dispersion violente des manifestations des enseignants-stagiaires le 7 janvier. Selon le directeur adjoint de la région MENA de HRW Eric Goldstein, « le matraquage et le jet de pierres contre des manifestants pacifiques sont illégaux lors d’une manifestation pacifique ». Et d’ajouter que « les autorités marocaines doivent garantir le non-usage de la violence par la police et les forces de l’ordre contre des manifestants et doivent sanctionner tous ceux qui commettent de tels actes ». 

Malgré le fait qu’elle reconnait que ces manifestations ont été organisées sans autorisation, HRW explique que « même si les normes internationales autorisent à disperser des manifestations sous prétexte qu’ils entravent la circulation ou l’ordre, la police doit utiliser le minimum de force pour cela ». 

L’ONG a recueilli également des témoignages de la part de personnes à Inzegane qui attestent que « des policiers habillés en civil n’ont pas arrêté d’insulter des manifestants et voulaient les dissuader par la violence de rejoindre les manifestations ».

A noter que les enseignants-stagiaires ont commencé à protester depuis le mois de juillet suite à l’adoption de deux décrets prévoyant la baisse de leur bourse mensuelle de 2 454 dirhams à 1 200 dirhams et l’instauration de concours pour accéder aux postes d’enseignants dans l’éducation nationale.

 

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss