Le Boualem a pris le train, et voilà ce qu’il pense de l’ONCF

Par Réda Allali

La semaine dernière, le Boualem s’est rendu à la gare Casa Port avec la noble ambition d’y prendre un train pour Rabat. L’apparente banalité de ce projet, dénué de toute difficulté technologique majeure, lui semblait alors une garantie suffisante de succès. Hélas, le voilà, quelques jours plus tard, à geindre sur cette expérience épouvantable, c’est un peu triste. Tout a commencé dès qu’il a mis les pieds dans la gare. Frappé par la masse de gens qui grognaient, dans toutes les langues et à pleins poumons, il s’est dit, le bougre, que, décidément, les Marocains ne savaient pas se tenir. Il s’est dirigé vers le guichet automatique de vente de billets. Une fois son tour arrivé, il a découvert que l’appareil ne marchait pas. Un agent, situé judicieusement à côté de l’engin décoratif, le lui a confirmé : le système était par terre. Tels étaient alors ses propres mots, pleins de lucidité. Le Boualem lui a alors demandé pourquoi il ne l’avait pas prévenu plus tôt, au lieu de le laisser batailler contre la machine de longues minutes, il n’a…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés