Hausse des prix des carburants : un État qui gagne !

Par Réda Dalil

Un diesel à 15 dirhams et un super sans plomb à 18 dirhams. Terrifiant ! Les chiffres font mal et semblent provenir d’une dystopie. Pourtant, c’est bel et bien de réalité que l’on parle. Une réalité que les Marocains subissent avec calme et stoïcisme. Mais stoïcisme n’est peut-être pas le bon mot. C’est sans doute d’héroïsme qu’il faut parler. Il est pénible, en effet, d’imaginer les arbitrages cruels auxquels sont confrontées les classes moyennes et populaires, les choix difficiles qu’il faut opérer lorsque le poste transport rogne sur les postes alimentation, scolarité des enfants, loyer… L’explosion des prix des hydrocarbures provoque une spirale inflationniste qui se diffuse à l’ensemble du panier de la ménagère. Un déplacement chez l’épicier du coin provoque désormais des sueurs froides. Il semble qu’à chaque jour corresponde sa hausse. Côté gouvernement, on semble s’accommoder de cette situation. Hormis une aide versée aux transporteurs, le niet est de mise lorsqu’est abordée l’éventualité d’agir sur les prix à la pompe au profit des consommateurs. Le raisonnement est le suivant : si vous êtes propriétaire d’une voiture, ou d’une…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés