Le bon (et large) dos des supporters de foot

Par Réda Allali

Zakaria Boualem vous le répète sans arrêt : le foot est une fenêtre pour regarder le monde. Ce n’est pas la seule, mais c’est la plus simple d’accès, il suffit de s’intéresser à ce sport – qui n’en est plus un d’ailleurs, pour voir surgir quelques conclusions qui vous sautent à la figure avec la puissance d’une évidence. Oui, tout est visible en suivant le ballon rond, même ce qui est caché, c’est le grand révélateur. Cette introduction ambitieuse mais un peu lourde passée, entrons dans le sujet. La France, que Dieu l’assiste, a organisé samedi dernier la finale de la Ligue des champions. Cet événement considérable a permis de constater qu’en termes d’enfumage, nous avons trouvé nos maîtres. Le match a été décalé de plus d’une demi-heure, nous a-t-on expliqué, à cause des supporters anglais, arrivés trop tard. Ensuite, la version officielle était qu’ils étaient munis de faux billets à hauteur de 30 ou 40.000 s’il vous plaît. Ce chiffre prodigieux a été confirmé le lendemain du match par un héros de la politique française au visage de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés