Prostitution et histoire coloniale : Bousbir, l’exposition que vous ne verrez pas

Prévue de longue date, une exposition retraçant l’histoire du quartier Bousbir, ancien bastion casablancais de la prostitution, a été brusquement annulée la veille de son inauguration. De quoi jeter le voile sur un pan de l’histoire coloniale et empêcher le devoir de mémoire.

Par

Photographie de Marcelin Flandrin, photographe de l'armée française, dans les années 1930.

Ce n’est un secret pour personne, mais on préfère parfois l’oublier. Les murs de Bousbir, eux, s’en souviennent : ce quartier de Casablanca abritait un haut lieu de prostitution de 1923 à 1955. Une exposition se proposait de dérouler cette histoire. Prévue du 11 novembre 2021 au 28 janvier 2022 à la Villa des Arts de Casablanca, “Bousbir, images et récits de l’ancien quartier réservé de Casablanca (1923-2021)” a mystérieusement été déprogrammée la veille de son vernissage.

L’exposition a été mystérieusement déprogrammée la veille du vernissage.
Le motif? “Des cas de Covid-19 à la Villa des Arts” pour les uns, “un cas de force majeure”, sans plus de détails, pour les autres. D’après les témoignages de plusieurs personnes liées à l’organisation de cette…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés