Sexe dans les colonies : six siècles de sévices

Publié fin septembre en France, “Sexe, race et colonies” revient sur six siècles d’exploitation sexuelle dans les colonies. En accumulant les images de corps érotisés, chosifiés et déshumanisés, le collectif d’auteurs raconte la prédation sexuelle de l’Occident dans ses empires coloniaux.

Par

Drapés du voile de leur mission civilisatrice, les colonisateurs, brandissant l’étendard de la supériorité de leur race, ont perpétré les crimes sexuels les plus abominables durant plusieurs siècles. Chosifié, déshumanisé, le corps de l’indigène devient ainsi un objet voué à satisfaire les désirs des “blancs”, et au fil de l’histoire celui des colons.

Archive : dossier paru dans le numéro 827 de TelQuel publié le 5 octobre 2018

Partout, la domination a produit des images et des imaginaires essentialisant et objectivant des corps “indigènes” présentés comme “naturellement” offerts aux explorateurs, aux voyageurs et aux colonisateurs”, expliquent les auteurs de l’ouvrage collectif Sexe, race et colonies (éd. La Découverte). Livre-événement, ce travail de recherche lève le voile sur un tabou de la colonisation : la conquête des corps et leur domination, qui a été aussi violente que celle des terres. Et le…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré