Après 19 ans de grognements, le Boualem dit “merci”

Par Réda Allali

Arrêtez tout, les amis : il semble que l’estimable magazine qui abrite notre héros fête ses vingt ans d’existence, voilà qui mérite quelques festivités. Zakaria Boualem, pour être honnête, a débarqué ici même une année après le lancement dudit magazine, ce qui le condamne, s’il lui venait à l’idée de célébrer quelque chose, à se limiter à dix-neuf ans. Qu’importe, la passion pour les chiffres ronds ne doit pas brider les rares élans d’enthousiasme qui surgissent autour de lui.

“Voilà dix-neuf ans que Zakaria Boualem tient cette chronique. 
Mises bout à bout, on n’est pas loin 
de Guerre et Paix, le pavé de Tolstoï, 
ce qui est un peu effrayant au vu de l’impact comparé des deux œuvres”

Réda Allali
Dix-neuf ans de grognements, de sarcasmes, d’analyses foireuses et d’interrogations saugrenues, ce n’est pas rien. Imaginez que quand le bougre a commencé, il n’y avait pas de smartphones, c’était le Moyen-Âge. Dans cette page, il a geint, hululé, grogné, ricané et festoyé avec excès, certes, mais avec bonne foi aussi. Il souhaite donc, sans plus de formalités, rendre hommage ici…
article suivant

Amnistie pour les détenus du Hirak, Code pénal, peine de mort… les annonces d’Abdellatif Ouahbi