L’Inde suspend ses exportations de vaccins AstraZeneca : quelles conséquences pour le Maroc ?

L’Inde ne devrait pas exporter de doses du vaccin Covishield, issu du transfert de technologie AstraZeneca, lors des prochaines semaines. Une mesure “temporaire” justifiée par une nationalisation des doses pour parer à la hausse de l’épidémie dans le pays.

Par

Des employés en équipement de protection travaillent sur une chaîne de montage pour la fabrication de flacons de Covishield, le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca-Oxford, au Serum Institute of India de Pune, le 22 janvier 2021. Crédit: Punit Paranjpe / AFP

Face à une épidémie qui repart à la hausse en Inde, les rotatives de la principale usine productrice de vaccin, le Serum Institute of India, devraient tourner uniquement pour les besoins nationaux lors des prochaines semaines. L’information a été donnée par le site de la BBC qui, citant des sources du ministère des Affaires étrangères indien, évoque une “compression temporaire”. “La demande intérieure va primer”, confirme l’un d’eux auprès du radiodiffuseur britannique.

Pic de cas en Inde

Le pays fait face à une vague coriace de propagation du Covid-19, 53.000 nouveaux cas ayant été détectés pour la seule journée du mercredi 24 mars. “L’Inde se concentrera sur son programme de vaccination domestique suite à un pic de cas de Covid-19. Il n’y aura pas d’expansion des exportations de vaccins” ont déclaré, le même jour, des sources proches des développements au journal indien The Hindustan Times. Des retards d’approvisionnement en cours depuis le 18 mars et qui devraient s’étaler jusqu’à fin avril, les autorités indiennes prévoyant d’ouvrir à nouveau à l’export pour le mois de mai.

Un agent de santé avec un vaccin contre le Covid-19 au Osmania Medical College, à Hyderabad, en Inde, le 19 janvier 2021.Crédit: Noah Seelam / AFP

Le Serum Institute of India compte augmenter sa production mensuelle de vaccins à 100 millions de doses d’ici mai. La prochaine fournée pour le Maroc attendra, ainsi que pour d’autres pays dépendant des livraisons indiennes, tels que l’Arabie saoudite, le Brésil, le Royaume-Uni, mais aussi les bénéficiaires du programme Covax.

Le programme pour permettre l’approvisionnement des doses de vaccins aux pays à revenus faibles ou intermédiaires avait conclu un accord prévoyant la fourniture d’1,1 milliard de doses de Covishield, issu d’un transfert de technologie avec AstraZeneca et Novavax, auprès de l’industriel indien. “AstraZeneca a déclaré à Covax qu’il compenserait les retards de volumes d’avril et de mai”, a déclaré l’agence onusienne UNICEF à Reuters.

Plus de quatre millions de doses attendues 

Également inscrit au programme Covax, le Maroc attend des livraisons de doses d’un autre produit AstraZeneca, cette fois en provenance de Corée du Sud. Le vaccin conçu par SK Bioscience a récemment reçu l’aval du Comité national de vaccination, ainsi que de la Direction du médicament et la pharmacie.

Une information récemment confirmée par Said Afif, membre du comité national de vaccination. “La Direction du médicament avec le comité a validé en urgence le vaccin Spoutnik-V, ainsi que le produit AstraZeneca de Corée du Sud”, déclarait-il dans le podcast Le Scan de TelQuel. D’après le tableau de l’initiative Covax daté du 3 février, le royaume a droit à 1.881.600 doses de vaccin issues de l’entreprise de biotechnologie sud-coréenne.

à lire aussi

Plus de quatre millions de doses sont attendues au Maroc dans les prochaines semaines. Dans le détail, l’approvisionnement devrait concerner une première tranche de 1,2 million de doses coréennes, comme l’a annoncé Médias24, ainsi que deux millions en provenance de Sinopharm et une première tranche d’un million de doses du vaccin russe Spoutnik-V.

Le vaccin américain Johnson&Johnson a lui aussi reçu le feu vert du Comité, mais attend toujours l’autorisation de mise sur le marché d’urgence délivrée par la Direction du médicament et de la pharmacie. Toutefois, sa livraison demeure encore hypothétique au Maroc en raison de la forte demande à l’international.

Malgré ces retards d’approvisionnements, la campagne de vaccination avance bon train. À ce jour, 4,28 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin, dont 2,8 millions bénéficiaires de la deuxième dose.

article suivant

Le roi Mohammed VI ordonne l’envoi d’une aide humanitaire au profit de la population palestinienne