Serum Institute of India envoie les premiers vaccins du programme Covax

Serum Institute of India, le plus grand fabricant de vaccins au monde, a expédié mardi son premier lot de vaccins destiné au programme mondial de vaccination Covax.

Par

Pune, en Inde, le 23 février 2021. Le Serum Institute of India expédiant son premier lot de vaccins destiné au programme mondial de vaccination Covax. Crédit: OMS Asie du Sud-Est / Twitter

Le système Covax vise à fournir cette année des vaccins anti-Covid à 20 % de la population de près de 200 pays et territoires participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet à 92 économies à faible et moyen revenu d’avoir accès aux précieuses doses.

Il a été mis en place pour tenter d’éviter que les pays riches n’accaparent l’ensemble des doses de vaccin qui sont encore fabriquées en quantités trop réduites pour répondre à la demande mondiale.

à lire aussi

Fondé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Alliance du vaccin (Gavi) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi), Covax a conclu des accords avec des fabricants pour deux milliards de doses en 2021 et a la possibilité d’en acheter un autre milliard. Cela comprend 1,1 milliard de doses du Serum Institute of India (SII), qui produit les vaccins AstraZeneca et Novavax.

L’OMS pour l’Asie du Sud-Est a publié sur Twitter des photos des premiers envois chargés sur un camion dans l’usine de fabrication de SII à Pune, dans l’ouest de l’Inde.

SII a déjà fourni au gouvernement indien des millions de doses du vaccin AstraZeneca ainsi qu’à d’autres pays pauvres.

Dimanche, le patron de Serum Institute of India, Adar Poonawalla, a exhorté les pays en attente d’approvisionnement à être « patients », affirmant qu’il avait reçu l’ordre d’accorder la priorité aux « énormes besoins » de l’Inde.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l’OMS, a accusé lundi certains pays riches de « saper » le dispositif Covax en persistant à approcher directement les fabricants pour avoir accès à davantage de doses.

article suivant

Transports : le CESE déplore le manque de stratégie en matière de mobilité durable