Á bout de souffle

Par Aicha Akalay

Les drapeaux rouges frappés de l’étoile verte nationale, et des portraits de Mohammed VI. Les manifestants de Jerada ont retenu la leçon d’Al Hoceïma. “Nous avons des revendications sociales et n’essayez pas de nous en coller d’autres”, semble être le message envoyé par ces milliers de personnes qui manifestent chaque jour depuis le 22 décembre pour que l’Etat regarde dans leur direction. Ce dernier est jusqu’à présent réceptif et la volonté de chercher une solution est réelle. Pour éteindre un feu, comme il y en a eu précédemment à Al Hoceïma ou Zagora. Pour que “les gens rentrent chez eux”. Pour maintenir une stabilité, contre laquelle nous ignorons jusqu’à présent qui complote. L’évidence par contre : l’Etat n’a toujours pas le début d’une solution long terme à un déficit en développement auquel sont confrontées toutes les régions du Maroc. Aucune dynamique n’a été.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Malgré les menaces du Polisario, l’Africa Eco Race a passé Guergarat sans encombre (organisation)

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.