Youssef Amrani : "il faut déconstruire le discours jihadiste"

Intervenant dans les Atlantic Dialogues, le chargé de mission au cabinet royal s'est exprimé sur la lutte antiterroriste. Pour lui, le tout sécuritaire ne suffit pas pour combattre l'extrémisme. Il faut retourner les armes des jihadistes contre eux en déconstruisant leur discours.

Par

Youssef Amrani, chargé de mission au cabinet royal Crédit: GMF/Flickr

Quand un chargé de mission au cabinet royal s’exprime, encore plus quand le thème débattu est la lutte antiterroriste dans la zone Atlantique, il faut tendre l’oreille. Youssef Amrani, chargé de mission au cabinet de Mohammed VI et ancien ministre délégué aux Affaires étrangères a pris part aux Atlantic dialogues qui ont eu lieu du 14 au 16 décembre à Marrakech. Youssef Amrani y est venu détailler l’expertise marocaine dans la lutte contre l’extrémisme, et les succès enregistrés par le royaume, notamment en terme de coopération avec l’Europe qui a permis de démanteler plusieurs cellules en Espagne et en France.

Youssef Amrani est venu délivrer un message central : « il faut déconstruire le discours jihadiste et promouvoir le véritable islam ». Le tout sécuritaire n’est pas la panacée, et il convient d’utiliser les mêmes armes que les terroristes pour les retourner contre eux, notamment en sensibilisant, à travers internet et les réseaux sociaux.  « Nous devons travailler avec les leaders religieux », enchaîne-t-il, et également « travailler sur les mentalités » afin de déconstruire le discours des terroristes. Aussi, il faut prendre garde aux raccourcis, et ne pas limiter la radicalisation au seul effet de la pauvreté. «  Pourquoi des personnes instruites qui ont un emploi en Europe deviennent terroristes ? L’argument de la précarité tombe à l’eau », donne-t-il comme exemple. Que faut-il alors ? Par exemple, expliquer mieux la notion de « jihad  », utilisée dans sa seule acception guerrière par les groupes jihadistes mais autrement plus complexe.

Lire aussi : Les oulémas veulent déconstruire le discours extrémiste avec des « cahiers scientifiques »

Lire aussi : Une fatwa des Oulémas du Maroc contre l’amalgame « jihad » et « terrorisme »

L’éducation est un point central. «  Au Maroc, nous sommes en train de revoir les manuels scolaires  », rappelle-t-il, en référence à la vaste opération pour expurger les livres scolaires de références qui peuvent faire le lit de l’extrémisme. Il note qu’une de méthodes employée par les terroristes consiste à radicaliser les femmes. Et pour cause : les jihadistes savent qu’elles sont un relais. Il convient dès lors de leur couper l’herbe sous les pieds en menant cet effort, qui paradoxalement s’approche davantage de la notion de jihad dans son acception noble : c’est-à-dire d’effort sur soi-même pour être meilleur citoyen.

Lire aussi : Les nouveaux manuels d’éducation islamique passés à la loupe

article suivant

Hammouchi a reçu le chauffeur du triporteur agressé par un policier

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.