Partenariats entre le Maroc et le Japon : le vice-ministre japonais de l’Agriculture en visite au Maroc

Le vice-ministre de l’Agriculture, de la Pêche et des Forêts du Japon, Arata Takaba, a entamé ce 16 mai une visite de travail de deux jours au Maroc, axée sur le développement des partenariats entre les deux pays, notamment dans les domaines de l’agriculture et de l’énergie.

Par

5e session de la Commission mixte Maroc-Japon à Rabat. Crédit: MAP

Le renforcement de la coopération dans les domaines agricole et halieutique a été au centre d’entretiens, ce lundi à Rabat, entre le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, Mohamed Sadiki, et le vice-ministre japonais de l’Agriculture, de la Pêche et des Forêts, Arata Takebe.

Lors de cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération entre le Maroc et le Japon, les deux responsables ont examiné plusieurs questions se rapportant au développement des échanges commerciaux agricoles et halieutiques ainsi que les perspectives de développement de la coopération dans les domaines sanitaire et phytosanitaire, de l’irrigation et des infrastructures hydro-agricoles, du développement des chaînes de valeur agricoles et du développement rural, ainsi que dans les domaines de la recherche scientifique et de la formation.

Une rencontre “très fructueuse”

Cette réunion bilatérale s’assigne également pour objectif d’examiner la possibilité de développement de la coopération tripartite avec les pays africains dans les secteurs agricole, de la pêche et de l’agro-industrie.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette rencontre, Mohamed Sadiki a souligné que cette rencontre se voulait une occasion pour aborder les différents sujets d’intérêt commun et des sujets qui feront l’objet de coopération dans le cadre des stratégies “Generation-Green”, “Forêts du Maroc 2020-2030” et “Halieutis”, notant que cette entrevue avait été “très fructueuse” sur tous les plans.

Les principaux sujets sur lesquels les deux parties se focaliseront dans l’avenir porteront sur l’économie de l’eau, l’utilisation des technologies modernes pour une consommation rationnelle de l’eau et le développement des filières, a-t-il précisé, rappelant l’importance d’autres questions relatives aux investissements japonais entamés au royaume dans différents secteurs et l’ouverture des marchés japonais pour les produits marocains, en particulier les agrumes.

Les relations en matière de pêches maritimes entre les deux pays datent de plus de 40 ans, notamment avec l’accord de pêche toujours en vigueur depuis 1985. La coopération a porté notamment, sur les domaines de la recherche halieutique et de la formation, la construction de Villages de pêcheurs, ainsi que la mise à disposition d’experts pour l’accompagnement de la réalisation des projets.

Dans le domaine agricole, la coopération est marquée par une dynamique importante ces deux dernières décennies, caractérisée par la réalisation de plusieurs programmes et projets portant notamment sur les volets de la formation agricole, du conseil agricole et du développement hydroagricole.

Les échanges agricoles entre le Maroc et le Japon s’élèvent en moyenne à 200 millions de dirhams, avec une prédominance des exportations marocaines qui avoisine les 180 millions de dirhams annuellement et comprennent essentiellement les graines de coriandre, les fraises congelées, l’algue et le thym. La principale importation agricole en provenance du Japon est le thé vert.

(avec MAP)