L’Espagne engagée à mettre en place des alliances avec le Maroc, selon la porte-parole du gouvernement Isabel Rodríguez

La porte-parole du gouvernement espagnol, Isabel Rodríguez, a assuré que son pays était engagé avec le Maroc pour nouer des alliances et des partenariats dans tous les domaines, dont celui de l’énergie.

Par

La porte-parole du gouvernement espagnol, Isabel Rodriguez.

Vers une alliance stratégique entre le Maroc et l’Espagne ? C’est en tout cas ce que laissent entendre les dernières déclarations de la porte-parole du gouvernement espagnol Isabel Rodríguez, peu après la menace algérienne de rupture de contrat avec l’Espagne si elle livrait son gaz “vers une destination tierce”.

Même si l’Espagne a indiqué que le gaz qu’elle acheminerait vers le Maroc ne proviendrait pas d’Algérie, Isabel Rodríguez a déclaré que l’Espagne avait “un engagement avec le Maroc, un pays voisin, qui a de nombreuses implications économiques, sociales, politiques et sécuritaires, et avec lequel (elle doit) construire des alliances et (va) également travailler sur l’énergie”.

“Nous avons des intérêts importants avec des ramifications dans les domaines maritimes, commercial et frontalier. Nous devons défendre les intérêts de l’Espagne dans son ensemble”

Isabel Rodríguez

Invitée jeudi soir dans l’émission “Hora 25” de la radio Cadena Sercelle qui est également ministre de la Politique territoriale dans le gouvernement espagnol estime que “le Maroc est un partenaire et un voisin avec lequel (l’Espagne doit) construire de bonnes relations”. Et d’ajouter : “Nous avons des intérêts importants avec des ramifications dans les domaines maritimes, commercial et frontalier. Nous devons défendre les intérêts de l’Espagne dans son ensemble.”

Interrogée sur la position de l’Espagne qui soutient l’initiative marocaine d’autonomie comme étant la base “la plus sérieuse, réaliste et crédible” pour la résolution du différend autour du Sahara, Isabel Rodríguez a déclaré : “Nous devons travailler sur une solution politique acceptée par toutes les parties pour résoudre un conflit qui dure depuis 40 ans”, affirmant que l’Espagne ne peut pas “tourner le dos et attendre encore 40 ans”.

à lire aussi

Par ailleurs, suite aux déclarations de Europa Oil and Gaz, liées à la découverte récente de potentiels gisements pétroliers au large d’Agadir d’une capacité d’environ un milliard de barils, une nouvelle problématique est née. Elle concerne la question liée aux eaux territoriales entre le Maroc et les îles Canaries.

Mardi dernier, le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares avait affirmé que le groupe de travail maroco-espagnol sur la délimitation des espaces maritimes se réunirait “prochainement”, afin d’apaiser les inquiétudes des îles Canaries.