Gouvernement Akhannouch : la délicatesse du rouleau compresseur

Par Réda Dalil

Pour celles et ceux qui croyaient au grand soir, il faudra repasser. Le programme du gouvernement de Aziz Akhannouch, qualifié de social, n’en présente pas tellement les formes. Pour la classe moyenne, l’entrée en matière de la team Akhannouch prend des airs de calvaire. Pas de baisse de l’IR et deux taxes supposément écologiques qui frappent des objets du quotidien : réfrigérateurs, smartphones, climatiseurs, lave-vaisselle, etc., le tout dans un contexte de hausse inquiétante des prix des carburants et des produits alimentaires. Sortis éreintés du cauchemar Covid, les Marocains seront soumis à l’essoreuse fiscale. À l’annonce du Big Bang social à venir : généralisation de la protection sociale, renforcement du préscolaire, réforme de l’école, consolidation des infrastructures hospitalières… la satisfaction était un peu mitigée par la crainte que l’argent ne provienne des mêmes poches. Ces craintes étaient fondées. Selon Nadia Fettah El Alaoui, la ministre de l’Économie, le financement du programme gouvernemental reposera sur la mobilisation de ressources fiscales et douanières de l’ordre de 27 milliards de dirhams. Une partie…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés