Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : pour le président, “sans plainte, on ne peut rien faire”

Harcèlement, chantage sexuel, envoi de photos explicites… 
un professeur de l’université Moulay Ismaïl de Meknès est mis en cause par plusieurs étudiantes. Ses agissements seraient connus, notamment de l’administration de l’établissement qui explique, 
en l’absence de plainte, être impuissante.

Par

Le président de l’UMI de Meknès, Hassan Sahbi. Crédit: MAP

Un scandale vite étouffé. C’est en ces termes que Malika*, ancienne étudiante de la faculté de lettres et de sciences humaines de l’Université Moulay Ismaïl de Meknès, décrivait à TelQuel en juillet 2021 une affaire de “dick pics” (photos de pénis, ndlr) impliquant un professeur de sociologie de l’établissement et une de ses camarades. Malgré un signalement à l’administration en 2017 par l’étudiante victime de ces messages à caractère sexuel, rien n’aurait été fait pour écarter l’enseignant. Certains professeurs avaient alors demandé à cette dernière de ne pas porter plainte, de calmer le jeu”, témoignait Malika, qui aurait elle aussi été victime de harcèlement. “Je ne pouvais pas en parler à l’administration parce qu’elle est toujours du côté du professeur et qu’il y a une solidarité entre les corps administratif et professoral”, expliquait la jeune fille.

à lire aussi

C’est que l’administration était bien au fait…
article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques