“Je t’ai choisie pour boire un verre avec moi” : des étudiantes brisent le silence sur le harcèlement sexuel à l’université

Plusieurs femmes dénoncent ce qui leur est arrivé dans des universités où, définitivement, #MeToo n’a pas eu lieu.

Par et

Parmi les témoignages reçus, certains renvoient au même professeur.

Plusieurs femmes dénoncent ce qui leur est arrivé dans des universités où, définitivement, #MeToo n’a pas eu lieu.

“Certaines étudiantes avaient 19/20 avec lui, du jamais vu”

Salima*, Faculté des sciences et techniques d’Errachidia 

« J’étais en première année de licence, en 2017. Un professeur de géologie insistait pour qu’on passe le voir si on avait des questions, donc j’y suis allée. Il me regardait bizarrement, il a fait sortir son collègue pour qu’on soit seuls et a fermé la porte. J’ai fui sans réfléchir, puis des camarades m’ont confirmé que c’était un prédateur, qu’il avait été chassé de l’Université Abdelmalek Essaâdi de Tétouan pour des faits similaires, et simplement muté à Errachidia. Comment est-ce possible ? Certaines étudiantes avaient 19/20 avec lui, du jamais vu. »

“Je t’ai choisie pour boire un verre avec moi”

Meriem*, Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) 

« Jour d’examen, j’étais la dernière à remplir ma copie. Le professeur, un intervenant externe venu nous…

article suivant

Tractations pour le nouveau gouvernement : la ruée vers l’arche d’Akhannouch