Soulaimane Raissouni, Omar Radi : face à la détérioration de leur santé, les familles tirent la sonnette d’alarme

Les journalistes Soulaimane Raissouni et Omar Radi sont placés en détention préventive depuis, respectivement, un an et dix mois. Face à la détérioration de leur état de santé, leurs familles appellent à leur libération, en attendant leur jugement.

Par

"Rien ne justifie leur détention provisoire", déclare Miloud Kandil, l'avocat d'Omar Radi et Soulaimane Raissouni. Crédit: Imad Stitou / Twitter

Ce 11 mai, les familles de Soulaimane Raissouni et d’Omar Radi ont organisé un sit-in devant la prison locale d’Ain Sebaâ. Ce deuxième sit-in consécutif, réunissant les proches et soutiens des deux journalistes, intervient quelques jours seulement avant leurs procès respectifs, ajournés au 18 mai prochain.

En marge de ces protestations, les familles des deux journalistes regrettent que “la détention arbitraire se poursuive contre la loi et pendant de nombreux mois”, indiquent-elles dans un communiqué publié le 10 mai dernier. 

Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du quotidien Akhbar Al Yaoumfermé depuis le 14 mars dernier — est en détention préventive depuis près d’un an. Le 22 mai 2020, le journaliste de 48 ans est interpellé devant son domicile, avant d’être présenté le dimanche suivant devant le procureur général de Casablanca. Déféré devant le juge d’instruction de la Cour d’appel de la métropole, Soulaimane Raissouni est placé en détention préventive pour “les besoins d’une enquête sur des faits présumés d’attentat à la pudeur avec violence et séquestration”.

Le journaliste et militant Omar Radi est, quant à lui, placé en détention préventive depuis le 29 juillet, soit depuis près de 10 mois, pour “poursuivre l’enquête concernant les accusations qui pèsent sur lui dans deux affaires”, en l’occurrence “attentat à la pudeur et viol” et “atteinte à la sûreté extérieure de l’État.”

à lire aussi

En réaction, Soulaimane Raissouni et Omar Radi ont entamé, respectivement le 8 et le 9 avril dernier, une grève de la faim pour exiger leur libération provisoire, en attendant leur jugement. Une “bataille des intestins vides”, pour reprendre les termes du rédacteur en chef d’Akhbar Al Yaoum, pour “protester contre son arrestation arbitraire et sa détention depuis près d’un an sans procès, et en l’absence de preuves l’incriminant”, rapportait sa femme dans une publication sur Facebook, au lendemain de la décision.

Alors qu’Omar Radi a suspendu “temporairement” sa grève de la faim après 22 jours en raison de la détérioration significative de son état, Soulaimane Raissouni, lui, maintient sa grève de la faim, au détriment de sa santé. D’après son épouse, le journaliste a été transféré le 10 mai à l’infirmerie de la prison d’Ain Sebaâ 1, en raison d’une paralysie à la jambe droite.

Les familles plaident pour la liberté provisoire

Les familles des deux journalistes se sont fendues d’un communiqué pour sonner l’alarme face à la détérioration de leur santé. “(Les deux journalistes) ont goûté l’amertume de la violation de leurs droits et la persistance de représailles systématiques à leur encontre, en leur refusant les conditions d’un procès équitable concernant les actes présumés qui leur sont imputés”, peut-on lire dans le communiqué diffusé le 10 mai dernier.

Leur vie est confrontée à une menace réelle qui semble être prise à la légère par les pouvoirs publics”, regrettent les familles de Soulaimane Raissouni et d’Omar Radi. D’après la même source, le premier a perdu plus de 22 kg en raison de sa carence en potassium et d’une forte augmentation de la pression sanguine, tandis que le second en a perdu plus de 17 avec une aggravation des symptômes de la maladie de Crohn.

En tant que familles et tout au long des étapes de l’enquête, notre espoir a été de corriger les erreurs et de réparer les vices qui ont entaché l’arrestation d’Omar et de Soulaimane, en leur accordant la mise en liberté provisoire, car rien ne justifiait leur maintien en détention puisqu’ils ont toutes les garanties de présence et de respect des procédures judiciaires”, rappellent les familles des deux journalistes placés en détention préventive.

Un constat partagé par l’avocat des deux journalistes, Miloud Kandil, joint par TelQuel : “Rien ne justifie leur détention provisoire, ils n’ont pas été arrêtés en flagrant délit, ne constituent pas une menace et présentent toutes les garanties légales requises”, assure-t-il. Toutes les demandes formulées par la défense pour la liberté provisoire des deux journalistes ont néanmoins été rejetées.

article suivant

Qui est Chouhaid Nasr, le nouveau patron de Veolia Maroc ?