Les salariés d’Akhbar Al Yaoum dénoncent une fermeture “illégale” de leur entreprise

Media 21, la société éditrice du quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, a publié le 14 mars un communiqué annonçant la fermeture du journal après trois ans de harcèlement. 
Les salariés dénoncent une décision unilatérale.

Par

Si Media 21 assure que “la direction de la société accorde la plus haute priorité au versement de la rémunération des employés”, les salariés affirment qu’aucune proposition ne leur 
a été faite. Crédit: FADEL SENNA / AFP

Le 14 mars, un communiqué de l’entreprise Media 21, éditrice du quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, annonçait la fin de la parution du journal. “Avec beaucoup de tristesse, la direction de Media 21 annonce la suspension de la publication du journal Akhbar Al Yaoum 14 ans après sa naissance”, peut-on lire dans le document diffusé à la presse. Selon le communiqué, la décision intervient après “trois ans de calvaire vécus par l’institution médiatique”. Cela a commencé en 2018 par l’arrestation du fondateur et directeur du journal, Taoufik Bouachrine,pour “traite d’êtres humains”, “abus de pouvoir à des fins sexuelles” et “viol et tentative de viol”. Puis de la journaliste Hajar Raissouni “avortement illégal” et “relations sexuelles hors mariage”, et du rédacteur en chef Soulaimane Raissouni pour des “faits présumés d’attentat à la pudeur avec violence et séquestration”.

Boycott des annonceurs

Selon la direction du média, le harcèlement s’est…

article suivant

Sebta : l’ambassadrice du Maroc en Espagne rappelée à Rabat pour consultation