Blanchiment de capitaux : enquête ouverte contre Maati Monjib et des membres de sa famille

Le procureur du roi près le tribunal de première instance de Rabat a annoncé, le 7 octobre, que l’enquête préliminaire menée auprès de Maati Monjib et des membres de sa famille a été ouverte suite à une saisine reçue par le parquet général de la part de l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF), qui comprend des données sur des faits susceptibles de constituer une infraction de blanchiment de capitaux.

Par

Les biens immobiliers ayant fait l’objet de déclarations de soupçon ne correspondent pas aux revenus habituels déclarés par le journaliste et historien Maati Monjib et les membres de sa famille, indique un communiqué du procureur du R roi près le tribunal de première instance de Rabat. Crédit: DR

Le parquet général a reçu une saisine de l’UTRF conformément à l’article 18 de la loi n° 43.05 comprenant un inventaire de transferts de fonds importants et une liste de biens immobiliers ayant fait l’objet de déclarations de soupçon, car ils ne correspondent pas aux revenus habituels déclarés par le journaliste Maati Monjib et les membres de sa famille, indique un communiqué du procureur du roi près le tribunal de première instance de Rabat.

Étant donné que les informations reçues par l’Unité comprennent des données sur des faits susceptibles de constituer une infraction de blanchiment de capitaux, le parquet général a chargé la brigade nationale de la police judiciaire de mener une enquête préliminaire sur la source et la nature des transactions et des transferts financiers effectués par les personnes concernées, d’identifier la source des biens immobiliers objet de déclarations de soupçon, et de déterminer ses liens avec d’autres actes criminels, considérés comme des infractions principales aux fins de blanchiment d’argent, relève la même source.

à lire aussi

Cette enquête préliminaire s’inscrit, d’un point de vue juridique, dans le cadre des missions habituelles de la police judiciaire, chargée d’enquêter sur les infractions, de vérifier leur occurrence et d’appréhender leurs auteurs, ce qui permet aux autorités judiciaires qui supervisent les enquêtes de prendre les mesures juridiques adéquates, conclut le communiqué.

(MAP)

article suivant

Décès à Paris de l'artiste peintre marocain Mohamed Melehi des suites du Coronavirus