Vivre avec le Covid

Par Réda Dalil

Surréagir, sous-réagir? Fixer le curseur de l’action face au Covid n’est pas chose aisée. Chaque pays expérimente sa propre formule. Chaque pays assume ses choix. Au Maroc, l’été a été rude. Passée la joie de la libération post-confinement, le 10 juin, l’image savamment construite d’u royaume bon élève du Covid s’est subitement fissurée, pour, ensuite, voler en éclats. Aux premiers temps de la crise sanitaire, le verrouillage intégral du pays avait fait accroire que le virus serait contenu, maîtrisé. D’autant qu’au mois de mars, nombre de pseudo-experts prophétisaient une extinction naturelle du Covid l’été venu. Il n’en fut rien et il devenait évident que la débâcle économique, accompagnant le confinement généralisé, causerait davantage de dégâts que le virus lui-même. L’arbitrage univoque en faveur de la santé publique ne pouvait durer. Il fallait que les Marocains se remettent au travail, vivent, nourrissent leurs enfants… Or, le pays déconfiné, une boussole étatique que l’on croyait correctement réglée s’est subitement détraquée. Cela a commencé par la décision d’interdire brutalement les déplacements vers huit métropoles majeures à la veille d’un Aïd El Kébir auquel…

article suivant

RAM : plus de 300 pilotes prêts à organiser une grève