Les ambitions des premières femmes adouls marocaines

La première promotion de femmes adouls vient de finir sa formation et peut désormais exercer officiellement. Un changement historique alors que le métier était jusque-là l’apanage des hommes.

Par

En 2018, l’annonce de l’ouverture du métier d’adoul aux femmes avait suscité quelques levées de boucliers parmi les membres les plus conservateurs de la profession. Crédit: DR

Au bout du fil, Mounia, 33 ans, ne cache pas sa joie. “Ma famille est fière de moi. Je fais partie des premières femmes adouls du Maroc. C’est beau! Ils me disent tous qu’ils vont venir signer leurs actes chez moi maintenant”, lance, enthousiaste, la jeune femme originaire de Fès, qui vient de finir avec succès son année de formation au métier d’adoul. Lundi 13 juillet, elle prêtera serment dans la ville qui l’a vue grandir, où elle a suivi cette formation avec d’autres étudiants, hommes et femmes. Suite à la décision du roi Mohammed VI, en janvier 2018, d’ouvrir la profession d’adoul aux femmes, un concours avait été lancé en mai de la même année, ouvrant la voie à la première promotion mixte. En tout, 299 femmes ont ainsi commencé la formation en décembre 2018 à l’Institut supérieur de la magistrature (ISM) à Rabat et dans plusieurs centres régionaux à Casablanca, Tanger, Marrakech,…

article suivant

Confinez-nous... mais un jour par semaine seulement : la nouvelle suggestion du HCP