Un déconfinement au goût amer

Par Réda Dalil

C’est un déconfinement aigre-doux que vivent les Marocains depuis le 25 juin. Enfin libres de mettre un pied dehors, de profiter du beau temps, de reprendre ce semblant de vie normale dont ils ont rêvé depuis le mois de mars, voilà qu’on les sature de chiffres horrifiants. L’inflation subite de cas positifs au Covid-19 fait souffler un vent de frayeur parmi la population. La multiplication de foyers pandémiques fait craindre une deuxième vague annonciatrice, peut-être, d’un énième round de mesures de quarantaine. Tatillons, les Marocains se hasardent dehors, avec, nichée dans leurs esprits, une paranoïa de tous les instants.

“Nos ministres se sont emmurés dans le silence. Pas un pour rappeler qu’au vu de l’augmentation massive des dépistages, il est tout à fait naturel que les cas positifs s’affichent à la hausse”

Réda Dalil
Cette appréhension n’est du reste que peu atténuée par la communication avare des autorités. Accélérant le processus de déconfinement sous la pression populaire, malgré un état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 10 juillet, nos ministres se sont emmurés dans le silence. Pas un pour rassurer sur ce…

article suivant

Boujmaa Guilloul, windsurfeur coincé au paradis