Déconfinement, désaveu et désarroi

Par Fatym Layachi

Décidément, dans le plus beau pays du monde, rien n’est jamais comme ailleurs. Alors que la planète se déconfine, ici on vient de rajouter un mois ! Le confinement a été prolongé. Il a été allégé, ou plutôt aménagé, mais il a été prolongé. On aura donc passé 25% de l’année 2020 confinés. Un record surréaliste. Tu te demandes vraiment la logique de ce choix. Est-ce un excès de prudence, un écran de fumée, un choix visionnaire ? Tu n’en sais rien et on ne t’explique pas vraiment. Mais encore plus surréaliste que le confinement qui joue de longueurs sans que personne ne comprenne totalement si c’est absolument nécessaire ou juste délirant, il y a la manière dont tout ça a été annoncé. D’abord il y a l’annonce d’une allocution du Chef de gouvernement pour le 11 juin, sachant que l’état d’urgence n’était prolongé que jusqu’au 10, le calendrier semblait un peu hasardeux. Ensuite on nous a annoncé que finalement l’allocution aurait lieu le 10. Toi, tu as beau ne pas tout comprendre aux enjeux politiques, tu te dis que…

article suivant

Face à la gronde des étudiants médecins, l’Exécutif tente de calmer le jeu