Le compte à rebours d’Othman Benjelloun pour vendre AML

La banque d’Othman Benjelloun doit se désengager de sa compagnie maritime Africa Morocco Link d’ici mai 2019. Si aucun deal n’a encore été acté, BMCE s’y attelle. Indiscrétions.

Par

Othman Benjelloun Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Les parts de la BMCE dans la compagnie maritime Africa Morocco Link (AML) sont à vendre. La loi marocaine interdit en effet à une banque d’exercer une activité autre que bancaire à plus de 25 % pendant plus de trois ans. AML ayant été lancée par la banque d’Othman Benjelloun (51%) et le grec Attica (49%) en juin 2016, BMCE devra donc vendre au moins 26% de ses parts d’ici mai 2019. Seront-elles vendues à une société marocaine, comme le prévoit le cahier de charge de la Marine marchande ? « Bien sûr, AML doit rester marocaine. Nous recevons chaque jour des propositions d’investisseurs. Des Marocains, mais aussi des étrangers qui sont prêts à créer des filiales marocaines pour accompagner le développement de AML », nous assurait en mars dernier El Habib Haidar, responsable du business development chez BMCE, en charge d’AML.

à lire aussi

Un gouffre

Chez BMCE, on s’active donc pour vendre ces parts…

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles