Un libéralisme arabe paradoxal

Par Omar Saghi

Dans les grands partages des manuels d’histoire, on distingue habituellement des pays progressistes et libéraux et d’autres conservateurs ou réactionnaires. Les premiers sont à l’avant-garde d’un certain nombre d’avancées sociales. Le suffrage universel, les droits culturels des minorités, l’abolition de la peine de mort, la légalisation de l’avortement… la liste est longue mais cohérente : la tolérance aux différences, le respect des évolutions sociales, l’ouverture culturelle, le tout appuyé par le droit et l’institution judiciaire. Les Pays-Bas et l’Angleterre constituent le noyau dur de cette civilisation libérale qui s’est propagée par cercles concentriques et continue de le faire. Et dans chaque sous-région du monde, le même schéma géopolitique se retrouve, avec un noyau libéral entouré de périphéries plus ou moins engagées dans le même processus. Ensuite, avec les grandes.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Miracle et misère

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.