Le piège Infantino

Par Mehdi Michbal

La FIFA nous a eus. Vingt-quatre heures avant le dépôt du dossier de candidature du Maroc, la fédération internationale communique au comité d’organisation de nouvelles règles du jeu qui changent tout ou presque. Cela s’apparente à un coup sous la ceinture, et les Marocains ont droit de protester, d’évoquer la théorie du complot et d’accuser Gianni Infantino et son administration d’impartialité. Dans sa nouvelle grille de notation, la FIFA exige par exemple du futur pays hôte de disposer de capacités aéroportuaires d’au moins 60 millions de passagers. Un critère que beaucoup de pays ultra-développés ne peuvent pas remplir et qui semble taillé sur mesure pour le candidat “United”. Le Maroc risque donc d’être éliminé avant même de livrer la bataille des votes où il passe pourtant favori devant le trio américain. Que faire alors ? Se résigner, accepter la défaite et y préparer l’opinion publique, ou continuer de se battre et de lobbyer pour pousser Il Signore Gianni et ses acolytes à faire machine arrière sur ce changement de dernière minute ? Les patrons du foot marocain ont semble-t-il tranché…

article suivant

Un premier moteur PSA assemblé à Kénitra