Tout n’est pas noir: les dix bonnes nouvelles de l’année 2016

Face à l’actualité ambiante rythmée d'agressions, d'attentats et de bassesses politiciennes, Telquel.ma a cru bon de revenir sur les bonnes nouvelles que le Maroc a connues depuis le début de l’année.

Par

Crédit: Garrett Heath/Flickr.

Mais si, des bonnes nouvelles ont été enregistrées en 2016. Si vous ne les avez pas vues au milieu des drames et catastrophes que nous vous relayons quotidiennement, en voici une sélection (non exhaustive, heureusement !).

1)      Les « petites bonnes » ne seront plus si petites

Le Parlement a (enfin) adopté la loi concernant les travailleurs domestiques. Le texte offre un cadre légal à ces femmes (pour beaucoup) : obligation de contrat, nombre d’heures de travail maximum, salaire minium… Bien que ces droits restent inférieurs à ceux qui prévalent pour les autres salariés, la nouvelle loi apporte une avancée de taille : l’âge minimum de ces domestiques est maintenant fixé à 18 ans (16 ans les cinq premières années d’application de la loi), alors qu’aujourd’hui nombre d’entre elles sont mineures.

Petite bonne. Crédit : Aicpress

Petite bonne. Crédit : Aicpress

2)      L’AMO poursuit son expansion

Le conseil du gouvernement a adopté le 21 juillet un projet de loi permettant aux parents bénéficiaires de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) d’être couverts (leurs conjoints et enfants le sont déjà). Le texte n’indique pas comment sera financée cette mesure. Mais d’après le ministère de la Santé, qui ne précise pas combien de personnes sont potentiellement concernées, elle devrait permettre « d’assurer la couverture médicale à 60 % de la population » (Ramed compris). Depuis janvier, les étudiants du privé et du public sont également couverts. Aussi, un projet de loi ouvre cette assurance de base aux travailleurs indépendants.

Crédit : torange.biz.

Crédit : torange.biz.

3)      Le début de la fin des sacs plastiques

Même si on peut critiquer le tournant soudain de cette mesure, le Maroc, en interdisant l’utilisation de sacs plastiques, se rêve en pays écolo ambitieux. Et ça, c’est déjà une bonne nouvelle ! La fin des bords de route jonchés de mikas ?

Lire aussi : Ce qu’il faut savoir sur la disparition programmée des sacs plastiques

l_sac-plastique-pollution-environnement

4)      Les manuels scolaires 2016 seront moins machistes

Le ministère de l’Éducation nationale s’apprête à expurger les manuels scolaires de toute référence sexiste, réductrice ou encore attentatoire aux droits des personnes en situation de handicap. Les nouveaux livres scolaires seront disponibles dès la rentrée 2016, nous assure une source ministérielle. Parmi les défaillances qui seront réparées : la présence unique de femmes voilées ou encore l’association faite entre handicap et mendicité.

Lire aussi : Les manuels scolaires nettoyés des références sexistes à la rentrée 2016

Un changement qui fait écho à une autre réforme : celle, plus précise qui concerne les manuels d’éducation islamique et a été ordonnée en février par Mohammed VI, mais qui n’est pas encore effective.

Lire aussi : La réforme de l’enseignement religieux en trois points

Ecole étrangère Maroc. Crédit : AFP

Ecole étrangère Maroc. Crédit : AFP

5)      Le centre-ville de Tétouan accessible aux personnes handicapées

À Tétouan, les voies piétonnes autour de la place Moulay El Mehdi et les rues avoisinantes ont connu des travaux d’aménagement pour être rendues accessibles aux personnes à mobilité réduite. Cette initiative, financée par l’Union européenne, est la première du genre au Maroc.

Lire aussi : Tétouan créé un circuit d’accès pour les personnes à mobilité réduite

6)      Un fonds de solidarité pour les victimes de catastrophes naturelles

Un fonds de solidarité devrait bientôt voir le jour pour indemniser les familles des victimes des attentats terroristes et des catastrophes naturelles. C’est en tout cas ce que prévoit un projet de loi adopté par la commission des finances en juin. Le fonds dépendra des subventions de l’État, mais aussi d’une nouvelle taxe créée justement pour l’alimenter.

Lire aussi : Les victimes de terrorisme et de catastrophes naturelles bientôt indemnisées

Photo d'illustration. Crédit : Sandid/Pixabay.

Photo d’illustration. Crédit : Sandid/Pixabay.

7)      Le gynéco Zouhair Lahna ouvre son cabinet gratuit pour les démunies et réfugiées

Le docteur Zouhair Lahna a récemment obtenu l’autorisation d’ouvrir un cabinet de gynécologie destiné aux patientes marocaines pauvres et aux réfugiées syriennes et subsahariennes et d’y prodiguer des soins gratuitement. Situé dans le quartier de El Oulfa, à Casablanca, le cabinet a, entre autres, été financé par les dons de particuliers.

Zouhair Lahna en 2015 dans un hôpital en Syrie. Crédit : FB

8)      Futur prolongement du congé paternité ?

Le PJD a déposé une proposition de loi qui prolonge de dix jours le congé paternité, et de deux semaines le congé maternité dans le cas de naissance de jumeaux.

9)      Le musée de la Kasbah de Tanger a rouvert

Comme les musées ne sont pas si nombreux au Maroc, quand l’un d’entre eux rouvre après six mois de travaux, c’est une bonne nouvelle. Celui de la Kasbah de Tanger accueille de nouveaux les visiteurs depuis quelques jours. Les plafonds restaurés, la disposition des œuvres revue, le parcours des visiteurs repensé, tout le concept du lieu a été retravaillé. En février, un nouveau musée, privé, a aussi ouvert ses portes à Marrakech.

Lire aussi : Portfolio. À Tanger, le musée de la Kasbah fait peau neuve

Y. Toumi

Y. Toumi

10)      Un institut des Beaux-Arts à Fès

Heureusement que la culture est là pour nous fournir son lot de bonnes nouvelles. En 2019 devrait ouvrir à Fès un institut des Beaux-Arts. Le Conseil de la commune urbaine de Fès a validé le projet en juin.

Lire aussi : Fès se dote d’un Institut des Beaux-Arts

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août