Syndicats: « La décision de grève est exécutoire »

Les syndicats affirment que la grève du 29 octobre sera bel et bien maintenue.

Par

Le secrétaire général de l'UMT, Miloudi Moukharik. Crédit : Rachid Tniouni

Les trois syndicats (UMT, CDT, FDT) ont affirmé lors d’une conférence tenue samedi 25 octobre que la grève générale du 29 octobre aura bien lieu. « Rien ni personne ne pourra désormais nous convaincre de ne pas tenir la grève générale du 29 octobre », explique Miloudi Moukharik, secrétaire général de l’Union marocaine des travailleurs (UMT). Celui-ci précise que « la décision de grève est exécutoire ».

Le corps syndical, représenté par ces trois groupes, s’est dit lassé « des mesures anti-sociales menées par le gouvernement depuis son investiture concernant plusieurs dossiers, notamment sur le pouvoir d’achat, les retraites, les impôts sur les salaires ou encore sur le gel du dialogue social ».

Sur les prétendues négociations qui sont en cours entre le gouvernement et le corps syndical pour empêcher la grève, le secrétaire général adjoint de la Confédération marocaine du travail (CDT), Abdelkader Zair, dément cette information. En revanche, il explique que le gouvernement s’est appuyé « sur le volet sécuritaire en envoyant des moqaddems dans plusieurs entreprises pour les dissuader d’entamer la grève du 29 octobre ».

« Les emplois nets créés ne dépassent pas 5 000 »

Par ailleurs, les syndicats ont également mis l’accent sur le projet de la loi des finances 2015. Ils jugent cette loi des finances « anti-sociale » dans la mesure où elle prévoit plusieurs dispositions qui vont « affaiblir le porte-monnaie des employés et des consommateurs » : la TVA sur le thé qui passe de 14 % à 20 % ; le péage dû pour emprunter les autoroutes qui passe de 10 % à 20 % ; la réduction des crédits alloués à la compensation ; l’absence de mesure d’allégement concernant l’impôt sur le revenu. Quant à la promesse du gouvernement de créer 22 460 emplois, les syndicats expliquent que « les emplois nets créés ne dépassent pas les 5 000 si on déduit les départs à la retraite ».

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste