essentiel

Pourquoi Al Adl et la FGD veulent manifester pour le Hirak

Sit-in de soutien au Hirak à Casablanca. Crédit : Yassine Toumi/TELQUEL
Pourquoi Al Adl et la FGD veulent manifester pour le Hirak
juin 07
16:54 2017
Partager

Une manifestation de soutien au Hirak réunissant des militants d'extreme gauche et des islamistes est prévue à Rabat le 11 juin prochain. Al Adl Wal Ihssane, mais aussi la FGD  ont annoncé leur intention d'y participer. 

Le 11 juin prochain, Rabat devrait accueillir une manifestation de soutien au Hirak du Rif. L'appel a été essentiellement lancé par des militants de gauche basés à Casablanca et dans la capitale. La Fédération de la gauche démocratique (FGD), mais aussi le mouvement Anfass démocratique figurent parmi les premiers à avoir annoncé leur participation.

La présence de la  FGD à cette manifestation nous a été confirmée par la secrétaire générale du PSU, Nabila Mounib. Cet évènement verra également la participation d’Al Adl Wal Ihssane (AWI) qui a officialisé sa présence dans un communiqué publié par le site de la Jamaâ le 6 juin. "Cette manifestation est un peu similaire à ce qui a été fait durant le 20 février où plusieurs partis politiques étaient descendus dans la rue", nous explique-t-on du côté de l’organisation de la manifestation qui marque le retour d'Al Adl Wal Ihssane dans les rues. A noter toutefois que contrairement au 20-février, cette fois-ci, seuls les partis de la FGD et Al Adl ont répondu à cet appel.

La participation de la Jamaâ à cette manifestation peut paraître étonnante lorsque l’on sait que le mouvement n’avait pas officiellement communiqué sur le Hirak depuis le début des manifestations. "Nous suivons ce qui se passe à Al Hoceima de près et depuis le début du Hirak. Les membres de la Jamâa sont présents dans les manifestations à Al Hoceima, mais à titre individuel. Nous prenons part aux comités de coordinations à Tanger, Rabat, Nador, Imzouren… Il n’y a pas d’appartenance quand il s’agit de cause nationale", explique le porte-parole d’AWI, Hassan Bennajah.

"Aucune coordination n’a été effectuée avec Al Adl Wal Ihssane" en prévision de la manifestation du 11 juin, nous déclare Nabila Mounib qui précise que cette marche de soutien "est ouverte à tous les Marocains, quelle que soit leur idéologie afin qu’ils expriment leur position sur ce qui se passe dans le Rif". La dirigeante du PSU n’hésite néanmoins pas à tacler le mouvement. "Al Adl Wal Ihssane est toujours là pour se greffer à un mouvement. J’ai envie de dire à la fois tant pis et tant mieux. Au moment où il faut prendre des décisions, ils se débinent, comme ce fut le cas durant le mouvement du 20 février", souligne la patronne du PSU.

Pour Hassan Bennajah, le silence d’AWI sur les évènements à Al Hoceima s’explique par le "temps de réflexion" qu’a voulu s’accorder le mouvement sur le sujet. "Nous ne sommes pas un tourne-disque. Nous préférons procéder à une évaluation de la situation avant de nous prononcer. Le plus important, c'est d’être dans les rangs du peuple. La situation à Al Hoceima, mais aussi ailleurs, nous interpelle par rapport à nos convictions", explique le porte-parole de la JamaâHassan Benajjah, affirme que la marche du 11 juin servira de "test à l’État. Ils [les responsables, NDLR] disent qu’ils respectent les droits de l’Homme et ceux des manifestants. La balle est désormais dans leur camp".

Tags
Partager

Lire aussi

NEWSLETTER TELQUEL BRIEF

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss