Abdellatif Hammouchi. Crédit: Fadel Senna / AFP

BCIJ et DGST: révélations sur la stratégie de coopération sécuritaire d'Abdellatif Hammouchi

Avec 55 cellules terroristes démantelées depuis 2013 et des renseignements décisifs livrés à l’étranger, le palmarès des services secrets marocains interpelle, de Moscou à Langley. En sous-marin depuis 2005, Abdellatif Hammouchi veille au grain. Plongée avec les gardiens de la sécurité nationale.

Par

Le téléphone de Abdellatif Hammouchi sonne à 5 heures du matin. Au bout du fil, un haut dignitaire français. “Vous avez sauvé la France, le renseignement que vous nous avez donné s’est avéré déterminant”, dit-il à celui qui dirige le contre-espionnage marocain depuis 2005. Le ton aurait pu paraître cérémonieux si l’enjeu ne le rendait pas à propos. “Les attentats de Paris étaient géographiquement en France, mais nous avons travaillé comme si c’était chez nous. Nous n’avons pas dormi, et la fierté ressentie quand on épargne un bain de sang n’a pas d’égal”, nous confie une source sécuritaire mobilisée lors de l’enquête sur les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Le “bain de sang” était prévu entre les 18 et 19 novembre de la même année, au quartier de la Défense. Abdelhamid Abaaoud voulait se faire exploser au centre…

article suivant

Mustapha Ramid présente sa démission du gouvernement