Hydrocarbures : le PJD ne lâche pas prise, loin de là

Sept années après les faits, Abdelilah Benkirane continue de défendre “sa” levée des subventions sur les carburants. Ses accusations sont toujours dirigées contre les pétroliers de la place, coupables à ses yeux de n’avoir pas respecté les règles de la concurrence après la libéralisation.

Par

Driss El Azami, Abdelilah Benkirane et Abdellah Bouanou, le 14 novembre 2022 à Rabat. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

En présence du secrétaire général de la formation, le groupe parlementaire et le Forum des cadres et des experts du Parti de la justice et du développement (PDJ) ont convoqué, lundi 14 novembre, une conférence sur le “Rapport du Conseil de la concurrence concernant le fonctionnement concurrentiel du marché national des carburants”. Deux exposés ont notamment émaillé cette rencontre tenue au siège du parti à Rabat. Tout d’abord, un rappel des principales conclusions de la mission d’information sur le sujet constituée en 2018 au sein de la Chambre des représentants. Et c’est le président de l’époque, le député de Meknès Abdellah Bouanou, qui s’y est collé. On s’en souvient, ce rapport pointait un fait : depuis la libéralisation des prix des hydrocarbures, les opérateurs marocains répercutaient immédiatement les prix à la pompe lorsque le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés