Diaspora : le football comme trait d’union

A Madrid ou à Bruxelles, à Ottawa ou à Amsterdam, les Marocains résidant à l’étranger, notamment les binationaux, ont célébré chacune des victoires des Lions de l’Atlas en Coupe du Monde. Une manière de s’affirmer.

Par

Même les Marocains des États-Unis sont sortis fêter les victoires des Lions de l’Atlas. Crédit: MAP

A l’image des célébrations qui ont rythmé les villes marocaines après les victoires successives des Lions de l’Atlas, les capitales européennes et américaines ont, elles aussi, vibré au rythme de l’épopée des hommes de Walid Regragui. De Paris à Berlin, en passant par Madrid et Londres, Ottawa et Washington, des centaines de milliers de Marocains résidant à l’étranger ont envahi les grandes artères de leurs pays d’accueil pour témoigner de leur soutien et de leur joie de voir l’équipe nationale franchir ces paliers historiques. Sara, une ingénieure installée à Paris depuis une dizaine d’années, s’est rendue sur les Champs-Élysées pour fêter chaque victoire des coéquipiers d’Achraf Hakimi. “C’est un moment de communion, de fête, de partage, je dirais même d’union. Nous ne nous connaissons pas tous ici, mais je suis sûre que nous partageons au moins une chose ici : l’amour de notre pays”, nous dit-elle…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés