Istanbul, 16h20

Par Yassine Majdi

Soudain, une détonation. Autour de toi, les visages restent détendus, ne semblent pas dramatiser la situation. Après tout, l’un des quatre clubs de football de la ville joue un match aujourd’hui et ses supporters sont connus pour être particulièrement démonstratifs dans leur amour. Mais la foule en panique qui se précipite vers toi te fait comprendre que les choses sont graves. Très graves. C’est un mouvement de foule, qui emporte tout sur son passage et se dirige droit vers toi. La panique se lit sur chaque visage et se répand comme une traînée de poudre dans la petite rue commerçante. Ton instinct (de survie ?) prend le contrôle. Tu tires les tiens vers toi. Vous vous abritez dans un restaurant dont le propriétaire paraît complètement décontenancé. Autour de toi on se demande ce qu’il passe. Les rires laissent peu à peu place à la consternation. Et tu comprends qu’il faut rapidement retourner à l’hôtel. Tu te mets en marche et longes les magasins de cette grande avenue où a eu lieu la détonation. Tout à coup, un deuxième mouvement de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés