Dé-jeûneurs : un procès historique ?

Par Fatym Layachi

La vie a repris son effervescence dans ton entourage. Il fait chaud. Zee a commencé ses séances de douches bronzantes, ta mère a commencé son régime, et toi tu quittes le bureau un peu plus tôt. Il y a déjà de cette légèreté estivale dans l’air. C’est un peu juin avant l’heure. Tes petits cousins passent le bac. Ils rêvent d’ailleurs. Si tout se passe bien, en septembre ils seront loin ; ils auront quitté la maison. Tes tantes angoissent pour leur équilibre émotionnel. Tes oncles angoissent pour leur équilibre financier. Le ramadan semble bien loin. Ton Instagram a été joyeusement festif pour non pas le week-end de l’Aïd, mais pour la semaine. Car autour de toi, les gens ont festoyé et, la plupart du temps, festoyé en voyageant pendant une bonne semaine. Beaucoup ont traversé la Méditerranée pour profiter des plages et des terrasses de l’autre rive. Beaucoup ont fait la traversée en voiture ; parce que maintenant c’est de nouveau possible. Et puis, ça a été l’occasion de découvrir qu’un test PCR est exigé pour venir au Maroc…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés