Sahara, les dessous de la reconnaissance américaine

Coup de tonnerre dans le ciel diplomatique. Les États-Unis ont officiellement reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Une reconnaissance qui pourrait avoir l’effet d’un big bang dans ce dossier.

Par

Au palais royal de Rabat, Mohammed VI avait reçu Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain, pour un ftour pendant le mois de ramadan 2019. Crédit: MAP

Cet article a initialement été publié le 11 décembre 2020.

Il est 17h10 lorsqu’un tweet de Donald Trump fait l’effet d’une bombe au Maroc ce 10 décembre. À l’issue d’un entretien téléphonique avec le roi Mohammed VI, le président américain annonce, à travers une série de tweets, que son pays reconnaît désormais la marocanité du Sahara et que la normalisation des relations entre le Maroc et Israël va avoir lieu. Des développements majeurs, fruits d’un travail de rapprochement long de deux ans entre Rabat et Washington.

Les petits plats dans les grands

À la source de cette proximité nouvelle, un ftour partagé un soir de mai 2019. Au palais royal de Rabat, le roi Mohammed VI reçoit Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain, également responsable du dossier israélo-palestinien au sein de l’administration Trump. Aux côtés du mari d’Ivanka Trump, Jason Greenblatt, un proche de Donald Trump qui conseille le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés