Le Sahara, Israël, Mohammed VI et la real-politik

Par La Rédaction

Trois tweets. Un communiqué. Une proclamation. En moins d’une heure, ce jeudi 10 décembre, la géopolitique de notre région a été complètement chamboulée: les États-Unis reconnaissent la souveraineté du Maroc sur son Sahara. Et le royaume réactive ses relations diplomatiques et économiques avec Israël. Cette “avancée historique”, comme l’a qualifiée le président Trump, aboutissement d’un long processus (voir dossier), est une victoire pour le Maroc. A la fois stratégique, diplomatique et économique.

“Le roi s’est impliqué personnellement pour orchestrer une chaîne d’événements qui aboutira à la reconnaissance américaine”

Si elle est bien gérée, elle ouvrira la voie à la résolution définitive du problème du Sahara marocain. Elle est par ailleurs porteuse de réelles opportunités de développement économique. Ce succès est à mettre, avant tout, à l’actif du roi Mohammed  VI. En 2018, les relations avec la Maison-Blanche semblaient mal parties, avec un John Bolton conseiller à la sécurité nationale du président Trump et sa nouvelle politique africaine. Le roi s’est impliqué personnellement pour orchestrer une chaîne d’événements qui aboutira à la reconnaissance américaine. Mohammed VI a su saisir…

article suivant

Rapprochement Maroc-Israël : MBZ se félicite de la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara