La Russie joue aux échecs au Sahara

Par Yassine Majdi

Le Maroc est un petit pays. L’examen annuel du dossier du Sahara par le Conseil de sécurité de l’ONU nous le rappelle. Chaque année, la politique du Maroc sur une partie de son territoire est disséquée et les mouvements de nos armées examinés par des diplomates venus de Paris, Madrid ou Washington. Il s’agit d’une période particulièrement critique pour nos diplomates, qui doivent prêter attention à chaque signal dévoilant les lignes de ces capitales, même si elles sont, généralement, connues d’avance.

“L’attitude de Moscou est l’une des plus difficiles à analyser pour 
les diplomates Marocains”

Yassine Majdi
Ainsi, la relation maroco-américaine s’est traduite, ces dernières années, par une consultation constante au sujet du phrasé des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité. Du côté de l’avenue Franklin Roosevelt, à Rabat, les positions de certains pays comme la France ou encore l’Espagne (deux autres acteurs clés du dossier) sont également “prévisibles”, et ce malgré quelques secousses diplomatiques. Mais l’attitude de Moscou est sans doute l’une des plus difficiles à analyser pour les diplomates marocains. Car les prises de position du pays…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés