Justice : le ministre-bulldozer Abdellatif Ouahbi avance en terrain miné

En s’attaquant à des sujets tabous tels que l’impôt sur le revenu des avocats, et en multipliant les déclarations sur le sort des détenus du Hirak, le nouveau ministre de la Justice avance sur un terrain extrêmement miné dès les premières semaines de son mandat. Décryptage.

Par

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice. Crédit: MAP

Abdellatif Ouahbi n’a visiblement pas de temps à perdre. Quelques semaines à peine après son investiture en tant que ministre de la Justice, celui qui est également maire de Taroudant a réussi à déclencher une série de polémiques, se mettant à dos, au passage, une partie de l’avocature, une corporation à laquelle il appartenait pourtant jusqu’à sa nomination au gouvernement, début octobre dernier. Qu’il s’agisse de l’avocat à la barre, du député au pupitre du Parlement ou du responsable au banc des ministres, Ouahbi ne fait pas de concessions sur son personnage d’homme de confrontations. Mais réussira-t-il là où ses prédécesseurs ont échoué ?

Une grâce en disgrâce

Intervenant sur l’émission Confidences de presse à l’antenne de 2M, le 10 novembre, Abdellatif Ouahbi a révélé la préparation d’une requête d’amnistie au profit des détenus…

article suivant

Pour son premier grand oral face aux députés, Akhannouch assume des réformes “injustes” mais “essentielles”