Mohamed Saïd Saadi : “La domination du secteur privé rentier contribue à aggraver les inégalités économiques”

L’économiste et ancien ministre Mohamed Saïd Saadi se penche sur la dimension économique du nouveau modèle de développement (NMD).

Par

La rente exceptionnelle réalisée par le secteur des carburants suite à la libéralisation des prix à la pompe en 2016 en est l'illustration. Crédit: Unsplash

Il est certain que le NMD contient plusieurs propositions dignes d’intérêt telles que la priorité accordée à la diversification de l’économie marocaine, l’intérêt manifesté pour le “tiers secteur” (l’économie sociale) et l’éducation ou la santé, ou encore la nécessité de créer une “Banque publique de développement”, etc.

Mohamed Saïd Saadi, économiste.Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Peu de volonté de rupture

Toutefois, il est difficile de relever une volonté de rupture par rapport aux choix économiques stratégiques que l’État marocain n’a cessé de promouvoir, l’expertise des cabinets internationaux aidant, depuis au moins une vingtaine d’années. Et ce, aussi bien en ce qui concerne le diagnostic que pour ce qui est des “alternatives” et des propositions. D’abord au niveau du diagnostic, l’accent est mis sur les carences enregistrées en matière de mise en œuvre des politiques publiques sans jamais questionner la pertinence de ces dernières. À titre d’exemple, la logique sous-tendant les programmes de privatisation (la…

article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital