Salima Filali, l’architecte qui réinvente le zellige marocain

Née en France, vivant en Suisse, l’architecte et créatrice d’origine marocaine Salima Filali a intensifié ses allers-retours dans le royaume au cours des dix dernières années. Elle y puise son inspiration, et met au défi les mâalems du zellige traditionnel de réinventer cet art millénaire pour le faire perdurer dans l’espace et dans le temps.

Par

L'architecte et créatrice franco-marocaine Salima Filali (crédit : Céline Michel et Salima Filali).

Née en 1991 près de Versailles, dans les Yvelines, Salima Filali a connu en vacances le Maroc, où elle vient deux fois par an. Après son baccalauréat obtenu en 2009, elle quitte la région parisienne pour Bruxelles afin d’étudier l’architecture. Deux ans plus tard, elle reprend ses valises et rejoint Fribourg, en Suisse, où elle effectue un master avec pour sujet de mémoire “La sauvegarde de la médina de Fès : quelle articulation entre passé et futur ?”

Ce travail devient la base d’une réflexion autour de l’artisanat marocain, qui s’approfondit quand elle entreprend avec ses parents la réhabilitation et la décoration d’une maison traditionnelle à Asilah. Nous sommes entre 2014 et 2020, années pendant lesquelles Salima jongle entre son emploi d’architecte dans un cabinet à Genève et le projet familial dans la “cité des arts” marocaine.

Fascination pour les mâalems

En 2009, alors qu’elle s’apprête à quitter la France pour la Belgique, ses parents commencent déjà à rénover un riad à Fès – devenu, après trois ans de travaux et la participation de plus de 50 artisans de la région, le Riad Alya. C’est au contact des mâalems qui œuvrent à cette restauration que Salima décide de poursuivre des études d’architecture, avec déjà en tête l’idée de travailler avec eux plus tard.

Lisez la suite de l’article sur
article suivant

Premiers téléviseurs à intelligence cognitive au monde - Les téléviseurs Sony BRAVIA XR sont désormais disponibles au Maroc