L’AFEM célèbre : « L’audace au féminin »

Pour entamer ses rencontres estivales, l’AFEM a organisé une rencontre à la Villa Roosevelt, un moment d’échange et de convivialité en présence des membres, des partenaires et des personnalités qui ont porté l’AFEM depuis ses débuts.

Par

Ce contenu est une communication d’entreprise. Il n’a pas été rédigé par les journalistes de TelQuel.

Une rencontre dédiée à l’audace au féminin

Oser entreprendre, faire preuve d’audace, c’est l’ADN de ces femmes cheffes d’entreprises, de plus en plus nombreuses dans des secteurs et des métiers où elles étaient auparavant inexistantes.

Leila Doukali : « Les femmes entrepreneures ont de l’audace, elles osent, elles rêvent, elles construisent… Elles se lèvent chaque matin pour agir, prendre des risques, affronter les non-dits et barrières encore existantes. Elles ont un don inné pour l’organisation. Elles sont multi-casquettes d’ailleurs. Elles osent s’investir dans des métiers difficiles, des métiers gardés par et pour les hommes, elles osent avancer et se représenter dans des secteurs complexes et surtout, surtout, elles osent réussir !
Nous tenions à leur dire un grand bravo ! et merci d’exister. »

Une occasion également pour toutes les femmes cheffes d’entreprise de se retrouver entre membres et de renouer des liens forts après plusieurs mois impactés par la Covid-19.

Une rencontre-hommage

L’AFEM rend hommage à sa fondatrice en la personne de Saloua KARKRI BELKEZIZ, à l’occasion de la parution de son libre autobiographique « Le chemin des possibles ».

Cet ouvrage est un témoignage vivant pour « tous et toutes » : pour avoir une chance de parvenir à nos aspirations et à nos ambitions, voire nos rêves.
Osez entreprendre, faire résonner « le clairon » auprès des jeunes, libérer les énergies et détecter les talents… sont les maitres mots de Saloua pour expliquer les raisons de cette initiative… Ce livre est un appel aux générations à prendre en mains leur destin, à le forcer, à le forger…
Sans sa pugnacité, sans le soutien de sa famille, sans la foi en sa vision de femme entrepreneure rien n’aurait été possible.
Souhaitons cette « alchimie » à toute femme lectrice de cette biographie, témoin de notre temps, témoin d’une génération, témoin des richesses immatérielles du royaume.
« Yes we Can » est bien le cri de Saloua, sa soif de transmettre cette énergie et cet espoir.

Préfacé par Ahmed Réda CHAMI soutien inconditionnel des initiatives entrepreneuriales, de nombreux autres témoignages enrichissent cette biographie : Femmes actives, femmes dans l’ombre, ou hommes ayant croisé son parcours qu’il soit politique ou patronale, tous sont unanimes pour poser un regard admiratif ou bienveillant sur cette femme au regard vif et à l’accent rifain bien prononcé qui a forgé sa personnalité de militante des droits des femmes à gagner leur liberté par l’indépendance économique…

Une rencontre-témoignages

Des témoignages vibrants ont été entendus lors de cette soirée.

M. Hassan Chami était présent pour réaffirmer son amitié à l’AFEM : « Mon âge me permet aujourd’hui d’avoir une appréciation sur l’évolution de la femme marocaine au milieu de l’environnement de l’entrepreneuriat… Les femmes marocaines ont toujours été, même dans la tradition, des entrepreneures, dans le milieu rural surtout, elles avaient un rôle essentiel dans la famille. »

Souad Tarmidi, Présidente de SRA : « Entreprendre, c’est un combat magnifique. Et l’un de mes plus grands apprentissages : toujours avancer, ne pas s’attarder sur un échec ou autre, avoir une force de vite se ressaisir et de savoir trancher. Ne pas se compliquer la vie, déléguer les choses qui ne demandait pas de valeur ajoutée. Et garder la rage d’entreprendre. Pour réussir. »

Ihsane Benbel : « J’ai personnellement lu votre livre et j’ai été très touchée par cette mise à nu au niveau de plusieurs extraits et je vais me permettre de lire un extrait: « je ne possédais au départ pas les prérequis que l’on associe généralement au succès, ni de fortune, ni de grande école, juste des compétences, des convictions, une expérience de terrain, une forte volonté et un besoin vital de m’engager. Pour moi, le chemin des possibles est message d’espoir aux femmes […] »

Nour Belkeziz, fille de Saloua Belkeziz, a adressé un vibrant hommage : « Même si maman dit souvent qu’elle partage son temps en trois : la vie associative, la vie de travail et la vie familiale, nous on a toujours eu 100% de notre maman et je pense que c’est son principal atout qui lui a permis de réaliser plusieurs projets : c’est la gestion de son temps. Et elle l’a encore prouvé avec l’écriture de ce livre qui était un rêve pour elle. »

La rencontre a été clôturée par Selma Chakri, une jeune bachelière méritante, Bac Sciences Mat mention très bien, qui a adressé un message interpellant les femmes présentes : « Les femmes d’aujourd’hui ne sont plus les femmes d’hier ! En étant solidaires, vous nous aiderez, nous, à devenir des femmes fortes et responsables. Des femmes pour un Maroc plus fort, un Maroc prospère. »

 

article suivant

Aux environs de Casablanca, un nouveau vaccinodrome "smart" et "intégré" pour accélérer la vaccination