Sebta : le Maroc d’abord, les Marocains ensuite

Par La Rédaction

Une vague humaine sans précédent. Ils étaient plus de 8000 migrants à rallier Sebta à pied, à la nage ou à bord d’embarcations pneumatiques. Un flot de migrants qui a submergé ce bout de Maroc que l’Espagne occupe depuis plusieurs siècles. Officiellement, ces milliers de personnes ont bénéficié d’un “contexte de fatigue (…) après la fin des festivités du ramadan dans les rangs des forces de l’ordre marocaines. Après tout, nous étions au lendemain de l’Aïd et les rondes effectuées au large des frontières ont sans doute perdu en efficacité. Peut-être, peut-être… Mais difficile à croire lorsque l’on connaît l’efficacité et l’étendue du maillage sécuritaire dans cette partie du pays. Faut-il voir un lien entre cette vague migratoire et la brouille entre Rabat et Madrid sur fond d’hospitalisation de Brahim Ghali, le leader du Polisario, à Logroño, en Espagne ? Sans aucun doute. La sortie de l’ambassadrice du Maroc à Madrid, en amont d’une convocation par la ministre des Affaires étrangères espagnole, se veut sans équivoque à ce sujet. “Il y a des actes et des conséquences qui doivent être assumés”, a déclaré Karima Benayich. Comprendre:…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés