Chef du Polisario en Espagne : Madrid a donné “les explications opportunes” à Rabat

L’accueil en Espagne du chef du Front Polisario, qui a provoqué l’“exaspération” du Maroc, n’a pas “changé” les relations entre les deux pays, a affirmé le 4 mai la ministre espagnole des Affaires étrangères, expliquant avoir apporté “les explications opportunes” à Rabat.

Par

Brahim Ghali, chef du Front Polisario. Crédit: Ryad Kramdi / AFP

Nous avons donné les explications opportunes au Maroc sur les circonstances qui nous ont conduits à accueillir pour des raisons strictement humanitaires M. Ghali en Espagne », a déclaré Arancha Gonzalez Laya lors d’une conférence de presse. “Quand ces raisons humanitaires prendront fin, M. Ghali quittera évidemment l’Espagne”, a-t-elle ajouté.

Tensions entre voisins

L’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD, autoproclamée) à Alger, Abdelkader Taleb Omar, a fait savoir mardi que le président du Front Polisario était en convalescence en Espagne après s’être rétabli du Covid-19, selon une dépêche de l’agence officielle algérienne APS. C’est la première fois que les dirigeants indépendantistes sahraouis reconnaissent publiquement que Brahim Ghali se trouve en Espagne.

à lire aussi

Deux jours après l’annonce d’un transfert du leader des indépendantistes sahraouis en Espagne pour y être soigné, du Covid selon son entourage, le Maroc avait convoqué le 24 avril l’ambassadeur espagnol à Rabat pour exprimer son “exaspération”.

“La relation de l’Espagne avec le Maroc, qui est une relation stratégique, n’a pas changé”, a poursuivi Arancha Gonzalez Laya, interrogée sur ce sujet embarrassant pour Madrid qui tient à maintenir de bonnes relations avec le Maroc, partenaire essentiel dans la lutte contre l’immigration illégale. La ministre a ainsi évoqué “l’amitié, la coopération et le partenariat étroit” entre les deux pays.

Convoqué devant la justice

Brahim Ghali, qui fait l’objet d’une plainte en Espagne pour “tortures” déposée par un dissident naturalisé espagnol du Front Polisario, a été convoqué mercredi devant la justice à Madrid. On ignore toutefois si son état de santé lui permettra de se rendre au tribunal.

“Si la justice entend faire comparaître M. Ghali, M. Ghali comparaîtra devant la justice”

Arancha Gonzalez Laya

“Si la justice entend faire comparaître M. Ghali, M. Ghali comparaîtra devant la justice. Ce n’est pas au gouvernement espagnol de s’interposer dans le fonctionnement indépendant de la justice”, a dit Mme Laya.

L’ambassadeur sahraoui à Alger, cité par l’agence de presse algérienne, a assuré que le chef du Polisario n’avait été destinataire d’aucune convocation pour une instruction en cours.

(avec AFP)

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques