Mohammed Benhammou : “Le problème des renseignements marocains n’est pas un manque d’informations mais un surplus”

La collaboration sécuritaire franco-marocaine est au beau fixe. Après l’attentat déjoué à Béziers le 4 avril grâce aux renseignements de la DGST marocaine, la France semble vouloir renforcer sa coopération avec le Maroc, acteur clé de la lutte antiterroriste. Décryptage avec l'expert sur les questions de sécurité Mohammed Benhammou.

Par

Mohammed Benhammou, politologue et président du Centre marocain des études stratégiques (CMES). Crédit: DR

Le lundi 12 avril, le ministre français de l’Intérieur s’est entretenu par téléphone avec son homologue marocain, Abdelouafi Laftit. Au terme de la réunion, Gérald Darmanin s’est félicité sur Twitter de “la qualité de la coopération” entre les deux pays, “notamment en matière de lutte contre le terrorisme”. L’occasion pour TelQuel de revenir sur les enjeux de cette étroite collaboration entre les deux pays avec Mohammed Benhammou, président du Centre marocain des études stratégiques (CMES) et expert sur les questions de sécurité.

TelQuel : Que symbolise la rencontre de Laftit et Darmanin dans le cadre de la collaboration antiterroriste entre la France et le Maroc ?

Mohammed Benhammou : Cette rencontre confirme la coopération entre les deux pays. Toutes les actions officielles à destination du Maroc sont là pour donner des signaux forts que…

article suivant

La filiale casablancaise des cinémas Pathé Gaumont se restructure et augmente son capital