Le Maroc revient à la charge et demande davantage de doses de vaccins Sinopharm à Pékin

Les autorités en charge de l’acquisition des vaccins anti-coronavirus ont de nouveau sollicité Pékin en vue de l’acquisition de nouveaux vaccins Sinopharm. Après avoir réclamé 10 millions de doses, le Royaume a considérablement augmenté ses attentes.  

Par

MAP

Le Maroc insiste. Selon des sources proches du dossier citées par TelQuel Arabi, les autorités chargées de l’acquisition des vaccins anti-coronavirus ont déposé une nouvelle demande auprès des autorités chinoises dans l’optique d’acquérir un troisième lot de vaccins produits par le laboratoire Sinopharm.

Pour rappel, le Maroc avait déjà réclamé à la Chine une augmentation du nombre de doses de vaccins Sinopharm envoyées par Pékin. La semaine dernière, les autorités avaient réclamé 10 millions de doses supplémentaires en fixant un programme spécifique pour l’arrivée de ce troisième lot.

Cette fois-ci, ce sont 20 millions de doses que les autorités en charge de l’acquisition du vaccin anti-Covid ont réclamées aux autorités chinoises. Selon les sources de TelQuel Arabi, l’arrivée de ce nouveau lot devrait avoir lieu « au mois d’avril prochain comme l’indique le dernier accord entre les deux parties ».

à lire aussi

Cette annonce intervient après une sortie publique d’Adar Poonwalla, PDG du Serum Institute of India, qui avait appelé ses clients internationaux, dont fait partie le Maroc, à faire « preuve de patience » en vue de la livraison de vaccins, dans un tweet publié le 21 février. Le Serum Institute of India est l’institution en charge de la fabrication du vaccin AstraZeneca-Oxford qui est également déployé au Maroc. L’institution a en effet décidé de « donner la priorité à l’Inde ».

Cet enchaînement d’annonces a lieu dans un contexte où le Maroc et la Russie sont en discussion autour de l’acquisition du vaccin russe Spoutnik-V. Actuellement, près de 2,5 millions de Marocains ont au moins reçu une dose du vaccin anti-Covid. Près de 20 000 personnes ont, elles, obtenu la deuxième dose du vaccin.

article suivant

Affaire Imane à Fès : au-delà des zones d’ombre, la protection de l’enfance en question