Abdelhak Khiame: "Il n’y a eu aucun cas de torture dont j’ai été témoin"

Telquel.ma s'est entretenu avec le directeur du "FBI marocain", Abdelhak Khiame.

Par et

Abdelhak Khiame. Crédit: Yassine Toumi.

C’est après avoir franchi deux passerelles de sécurité et croisé la route de plusieurs hommes équipés d’armes lourdes que nous retrouvons le directeur du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelkader Khiame. Le bureau de ce pur produit de la police judiciaire, qu’il a dirigée entre 2004 et 2015, est situé au cœur d’un complexe ultramoderne, à quelques encablures de la prison de Zaki à Salé. Cela fait presque six mois que ce natif de Derb Soltane dirige le « FBI marocain », comme le surnomme la presse. Et le style de communication se veut en rupture avec la culture du secret qui entoure les services de sécurité. La visite des lieux abonde aussi dans ce sens. Toutes les salles nous sont ouvertes, hormis les geôles. Abdelkader Khiame nous le jure, il n’a rien à cacher et il le prouve. Entretien initialement publié en août 2015 Telquel.ma: Le Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ) a été créé en mars dernier. Quel bilan en établissez-vous? Abdelkader Khiame: Notre bilan se traduit en statistiques….

article suivant

OCP : résultat d'exploitation en très forte hausse au premier semestre